Les séchoirs à tabac

 

Séchoir à tabac - La Bastide-de-Lordat

La culture du tabac apparaît en région de Pamiers après les années 1950. Elle s'est établie dans la partie orientale de la plaine, principalement le long de la vallée de l'Hers et autour du village des Pujols, où le terrain naturellement riche en alluvions est particulièrement favorable à ce type de culture.

La culture du tabac, minutieuse et délicate, tant dans sa plantation que dans sa récolte et son traitement, nécessitait une main-d'œuvre nombreuse. L'exode rural vers la ville a mis un frein à son extension et cette culture a alors fortement périclité. La plupart des séchoirs servent aujourd'hui à entreposer les nouvelles machines agricoles qui entraînent, en raison de leur taille, l'agrandissement des ouvertures.

Les séchoirs à tabac sont des édifices soignés qui répondent tous au même schéma architectural, car il s'agit de protéger au maximum les grappes de tabac de l'excès d'humidité tout en assurant la meilleure ventilation possible. De plan rectangulaire, ce sont des constructions plutôt monumentales. Sur les côtés, les persiennes en bois articulées peuvent être ouvertes ou fermées  à l'aide d'un manche en fer cranté pour laisser ou non rentrer l'air.

A l'intérieur, des fils métalliques permettaient de suspendre les pieds de tabac réunis en grappes. Un système de coulissage permettant de les descendre pour les humidifier si un dessèchement trop important les menaçaient.

Commandes publiques
Espace Pro
Haut de page